Gwent Challenger #4 – Résumé


Le quatrième Gwent Challenger arrive ce week-end ! Pendant deux jours, les meilleurs joueurs des deux dernières saisons, ainsi que le vainqueur du précédent Challenger, vont s'affronter pour un cashprize de 100 000 dollars, l'anneau du Challenger de Skellige, et une place pour le Gwent World Masters.

Le fond d'écran à l'effigie de Cerys ne laisse pas de place au doute : même si le lieu où se déroulera la compétition n'a toujours pas été révélé, après les Royaumes du Nord, Nilfgaard et Scoia'tael, c'est maintenant à Skellige d'avoir son tournoi dédié.

À ce titre, il n'est que logique de voir Ashlizzle, grande fan et joueuse de Skellige, parmi les présentateurs. Elle sera assistée de Flake, dont les performances en tant qu'animateur lors des deux tournois Wild Hunt ne sont certainement pas passées inaperçues. Côté casting, on retrouve les deux paires du dernier Open : Mogwai / McBeard et Panda / Jaggerous. Enfin, Swim est rejoint par l'excellent Shinmiri, ce qui nous promet de belles analyses entre les rencontres !

Du côté des joueurs, comme lors du précédent tournoi, on retrouve beaucoup de têtes connues, et une nouvelle :

  • kolemoen - Qualifié en gagnant le Gwent Open #6.
  • proNEO - Qualifié en tant que finaliste du Gwent Open #5.
  • AndyWand - Qualifié en gagnant le Gwent Open #5.
  • TailBot - Vainqueur du précédent Challenger.
  • Hanachan - Qualifié au nombre de crown points.
  • Damorquis - Qualifié au nombre de crown points.
  • GameKing - Vainqueur du tournoi de qualification.
  • Aethr3n - Vainqueur du loser bracket du tournoi de qualification.

 

Difficile de désigner un favori parmi ces huit excellents joueurs : TailBot, le précédent champion, Hanachan, le joueur apparu le plus fréquemmment lors de tournois Gwent Masters, GameKing, géant assoupi de retour pour ce challenger, ou encore Aethr3n qui a livré une bataille incroyable pour se qualifier... Tous ont leurs chances.

TailBot entrera-t-il dans la légende en gagnant deux Challengers d'affilée, ou sera-t-il détrôné ? Réponse ce week-end ! Vous pourrez suivre le tournoi sur les streams Twitch et YouTube officiels, et avec Gwent France bien entendu : sur notre chaîne samedi, et chez Ultraman dimanche.

L'affiche des quarts de finale, révélée la veille du tournoi, promet de beaux affrontements. GameKing, pour son retour sur la scène compétitive, aura fort à faire puisqu'il doit se débarrasser de TailBot d'entrée de jeu. De son côté, proNeo aura l'occasion de prendre sa revanche de la finale du dernier Open, en affrontant de nouveau kolemoen. Enfin, la team Aretuza évite cette fois la lutte fratricide : AndyWand et Damorquis devront respectivement affronter Aethr3n et Hanachan.

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

GameKing commence par une performance impressionnante, battant le Greatsword de TailBot d’un petit point avec Foltest. L’autrichien a été très agressif sur le round 2, utilisant Shani pour rejouer Vaedermakar et un habile setup de Béliers pour faire mal à l’engine de TailBot. Et sa manoeuvre paie, puisqu'il l’emporte d'un petit point !

TailBot égalise tout de suite après en battant Alchimie avec son Henselt Armor. L’issue de la partie est décidée dès le premier tour : le polonais répond au combo Rainfarn Cantarella de GameKing par un excellent pass qui lui assure le CA. Malgré ses meilleurs efforts, l’autrichien ne récupérera jamais sa carte au round 2, et n’a aucune chance au round 3.

Le même match est joué dans l’autre sens tout de suite après. En réponse au drypass de TailBot, Gameking push très agressivement. L’autrichien engage beaucoup de ressources clé : Joachim, Mandragore, Calveit, tout en bornant la valeur des Spadassins avec brio. Ça paie pour GameKing, qui malgré un Igni monstrueux de Tailbot, se retrouve avec une carte de plus au round 3 et gagne logiquement.

Le quatrième match est à sens unique. En mauvaise position à la fois à cause de sa main et du blue coin, GameKing ne peut pas push au round 2 comme il l’a fait précédemment. TailBot arrive au round 3 avec ses power plays intacts, et, malgré une lutte acharnée de GameKing, gagne de trois petits points. Barclay qui sort Paulie Dahlberg annihile tout espoir de victoire pour l’autrichien.

Le premier match du Challenger de Skellige… se décide avec un miroir Skellige, opposant deux decks bien différents cependant : Veterans et Greatswords. GameKing, comme à son habitude, pousse beaucoup. Il aurait même pu tenter le 2-0 si TailBot ne l’en avait pas brillamment empêché en jouant une Sigrdrifa à 7 points plutôt que de jouer Igni, empêchant GameKing de jouer sa propre Sigrdrifa. S’ensuit ensuite un spy qui force GameKing a passer. TailBot pioche Muselière avec Udalryk, lui permettant de voler cinq points de carry over avec Morkvarg… et GameKing, de son côté, ne parvient pas à piocher Renouveau ou Restore, et perd de trois petits points.

La partie est finalement décidée sur le coup absolument brillant de TailBot, qui évite le 2-0 en jouant une Sigrdrifadead” puis son spy.

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

La seconde rencontre commence de façon bien moins intense que la première, avec un premier match à sens unique. En mauvaise position du fait du match up et de ses pioches, Aethr3n doit passer à -1 pour gagner le round 1, et face au gros tempo d’Handbuff Nilfgaard, ne récupérera jamais sa carte, ce qui lui coûte le premier match.

Le second match est également mal engagé pour le polonais : Deathwish contre Armure. Le polonais arrache le round 1 de justesse malgré un joli combo avec les Chasseurs de sorcières d’Andy, mais perd le round 3 face à un Dijkstra meurtrier.

La binarité du dernier deck d’Andy joue en faveur d’Aethr3n dans le trosième match. Le polonais réussit à se débarrasser rapidement d’Ocvist, malheureusement joué depuis la main, puis d’Olaf. L’allemand s’amuse quelque temps, puis déclare forfait assez logiquement.

La chance tourne lors du quatrième et dernier match. Aethr3n ne parvient pas à se débarrasser d’Ocvist et passe à -2. Il ne parviendra jamais à récupérer le CA et perd sur le round 3 court. Andy, heureux que son combo passe, joue toutes ses cartes pour taquiner son ami polonais.

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

Ce remake de la finale du dernier Open fut lui aussi très intense. Après avoir drypass et spy tôt au round 2 contre le Foltest de kolemoen, proNEO rattrape un énorme écart de points avec une Triss: Télékinésie et un Sihil millimétrés. Avec une carte morte en main au round 3, kolemoen n’a tout simplement passez de points.

Le deuxième match voit Kolemoen égaliser avec Calveit contre Foltest. proNEO abandonne le premier round sans doute un peu trop tôt, et le Gardien l'assassine. L'ukrainien se retrouve avec une très mauvaise main au round 3 : le Gardien inférieur, deux Chasseurs de sorcières… et le troisième sera joué par Stennis.

Avec Soldiers, proNEO fait un excellent drypass contre Veterans et utilise Vanhemarr tôt au round 2 pour du climat. Sans réponse, kolemoen ne récupère pas sa carte, et l’ukrainien s’impose grâce au Leurre remis dans le deck avec Assire.

Dans le quatrième match, proNEO force un early pass de kolemoen grâce à son spy, puis se dirige vers un round 3 long, espérant gagner grâce à son engine supérieur et aux potentiels bricks de l’allemand. Cette décision se retourne finalement contre lui, car son adversaire arrive au round 3 avec une bien meilleure main, et l’emporte largement.

Lors du tiebreaker, le pass de proNEO se retourne une fois de plus contre lui. Dépourvu de son spy, il ne peut pas résister au bleeding de l’allemand au round 2. Kolemoen arrive tranquillement au round 3 avec ses power plays intacts. La reconnaissance qui sort un Mage tourmenté bricked enterre proNEO, et kolemoen bat l’ukrainien pour la troisième fois d’affilée en tournoi.

(Cliquez sur les images pour les agrandir)

L’allemand prend la tête dans un match-up très favorable pour lui : Handbuff vs Foltest. Damorquis inverse le coinflip grâce à son gros tempo et force un round 3 semi-long, qui l’avantage plus. Assire diminue la valeur d’un Dijkstra joué trop tôt, ce qui achève Hanachan.

Le chinois prend l'avantage tôt dans le second match, pilotant astucieusement Deathwish et forçant Damorquis à utiliser ses sources d’armure avant de jouer son climat. L’allemand renverse la tendance au deuxème round avec un bleeding très efficace, notamment grâce à un Dijkstra monstrueux. Hanachan arrive au dernier round avec une carte en moins et trop peu de points.

Lors du troisième match, Damorquis prend une avance considérable et force Hanachan à jouer deux cartes clé pour gagner le round 1 on even : Jaskier : Poète et Rétablissement. Hanachan tente de bleed l’allemand au round 2, et creuse sa propre tombe ce faisant, incapable d’éloigner la menace du carry over. Au fond du trou, le chinois fait même un missclick en jouant Sihil, erreur fort inhabituelle de sa part.

L'affiche des demi-finales est claire : greed vs non greed. Les deux Aretuza doivent une fois de plus passer avec des decks greedy qui sont cette fois entièrement connus par leurs adversaires. En l'absence de contres forts dans la line up de leurs adversaires, ils ont tout de même l'avantage.

Dans une rencontre qui voit le premier ban original du tournoi, TailBot joue pour gagner, et sort les nains directement. Le polonais fait un excellent pass, empêchant Andy de jouer son carry over sans aller à -1, espérant pouvoir le contrer plus tard avec Aglaïs. Mais l’allemand lit le jeu tout aussi bien, et gagne le round on even sans jouer de Poussée d’Adrénaline.

Ironie du sort, jouer Jaskier: Poète aurait permis à TailBot de récupérer Triss: Télékinésie et se débarrasser du carry over d’Andy au round 2. N’ayant pas pioché à temps les réponses dont il avait besoin, TailBot perd logiquement ce premier match.

Dans le deuxième match, Andy est finalement puni pour son choix de decks greedy : son premier Chevalier Nilfgaardien est rapidement éliminé, et il perd deux Éclaireurs en essayant de récupérer le deuxième. Mais le polonais manque peut-être une bonne occasion de passer, et perd sur la qualité de sa main, avec notamment une Muselière inutile.

TailBot réessaie les nains, espérant commencer le reverse sweep avec son deck le plus faible, qui a des armes pour affronter les Chevaliers Rédaniens d’AndyWand. Mais les nains ne peuvent pas rattraper le monstrueux tempo de Foltest, l’allemand ayant récupéré Dijkstra et Seltkirk au round 3. TailBot se fait donc sortir 3-0, du jamais vu depuis presque un an (Gwent Open #2, finale contre FreddyBabes).

La rencontre commence avec un miroir Skellige, Veterans contre Brolaf. Premier match malheureux pour Damorquis, qui ne parvient pas à piocher ses win conditions d’entrée de jeu. Il tente de pousser à fond au round 2, espérant empêcher Kolemoen de supprimer son carry over… mais les dés comme le tempo jouent en faveur de ce dernier, qui gagne logiquement au topdeck.

Notons la subtilité de Kolemoen, qui défausse Renouveau plutôt que Triss: Télékinésie, donnant un minimum d’informations à son adversaire.

Une situation similaire se présente lors du second match : Kolemoen se retrouve, on blue, sans le moindre Guerrier Vran en main avec Greedy Consume, même après un spy désespéré, et Damorquis le force logiquement hors du round 1… au prix d’une grande partie de son tempo. Au round 2, Damorquis engage Shani, Seltkirk... mais est incapable de récupérer le card advantage et s’incline une seconde fois.

Il n’y a pas grand chose à dire du troisième match. En l’absence de réponse de la part de son adversaire, le Handbuff de Damorquis l’emporte logiquement contre Foltest.

Damorquis tente sa chance une seconde fois avec Foltest dans une guerre civile témérienne... et une fois de plus, le deck favori dans ce miroir perd. Les Chasseurs de sorcières de Damorquis étant plus faibles que le package témérien de Kolemoen, il s’en débarasse astucieusement au round 1 pour vider son deck. Sous pression, Kolemoen doit engager Seltkirk pour gagner le premier round et ne pioche pas Dijkstra. Deux cartes qui ne manqueront pas à son homologue, qui égalise avec un habile bait de Vaedermakar pour réduire la valeur du climat de son adversaire.

Malgré une rencontre qui semble serrée, la plupart des matchs sont à l’image du tiebreaker : binaires. Une fois encore, Seltkirk se montre trop tard pour Kolemoen et il n’a aucun moyen de contrer le carry over de son adversaire. Kolemoen sort avec probablement un goût amer en bouche, et la finale sera aux couleurs d’Aretuza.

Dans cette finale entre deux line-ups quasi identiques, Damorquis adapte très bien son style dans le miroir Brolaf. Il ignore l’aspect carry over et répond au drypass par un drypass, comptant sur son Leurre pour jouer un cri de guerre de plus que son adversaire, et sur le Champion de Hov pour éliminer l’Olaf de son adversaire. Une stratégie payante pour Damorquis, qui l’emporte largement.

Le deuxième match, en revanche, est à l’image des précédents face à face entre Emhyr et Foltest. Sans contre en main face à Handbuff, et avec beaucoup de bricks en main, Andy s’incline une fois de plus sans grand espoir de victoire.

Le troisième match est également à sens unique. Damorquis lutte bien, mais Foltest ne peut pas grand chose contre Brolaf.

AndyWand égalise sur un véritable remake de son deuxième match de demi-finale. Mis à mal par la destruction de son premier Chevalier Nilfgaardien, il parvient laborieusement à déployer sa stratégie, et gagne finalement, profitant astucieusement des mauvaises pioches de son adversaire.

Dans le miroir témérien, Damorquis est favori puisque sur le red coin. La finale se décide dans un round 3 très long après un double drypass. Initialement, Damorquis semble prendre l’avantage grâce à une Muselière qui prive entièrement son adversaire des Chevaliers Rédaniens, tandis que lui même en a trois. Puis le vent semble changer de sens : alors que Damorquis récupère un Mage Tourmenté mort avec Stennis, Andy relance son engine grâce à Dijkstra. Damorquis récupère finalement le sien grâce au Dernier Voeu, et, malgré un Éclaireur Crinfild mort, la supériorité de son engine lui donne le titre… de trois petits points !

Damorquis peut se féliciter des petites différences entre ses decks et ceux de son adversaire : Leurre, le Champion de Hov et le Dernier Voeu ont joué une part importante dans sa victoire.

Ce Challenger a bien évidemment été l'occasion d'avoir un premier aperçu de Gwent Homecoming, dont vous nous proposerons rapidement un petit résumé !

À propos de l’auteur, VolusFM_

VolusFM_Rédacteur en chef de Gwent France depuis fin Juin 2018.
Passionné de RPGs, FPS, jeux d'infiltration, game design.
Étudiant ingénieur à Lyon.

11
0
Partagez l'article si vous appréciez notre travail

2 Commentaires

  1. Répondre

    Nice Volus super taff merci 😉

    0

    0
  2. VolusFM_
    Répondre

    Merci 🙂

    0

    0

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les tags et attributs <abbr title=« HyperText Markup Language »>HTML</abbr> suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Restez informé !

Rendez-vous tous les samedis pour retrouver nos articles du Gwent uniques et captivants à partir de notre newsletter hebdomadaire.

Merci, vous êtes bien inscrit !